Le pensionnat des Eléments Index du Forum

Le pensionnat des Eléments
Vous êtes un élève... Un élève pas comme les autres, dans un pensionnat pas comme les autres... Et dans un univers pas comme le nôtre !Ici, à Mist, vous contrôler un élément : Terre, Air, Feu ou Eau ; et vous allez apprendre à bien vous en servir !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Encore cassé ?!

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le pensionnat des Eléments Index du Forum -> Le pensionnat -> Dortoirs
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Renji
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2007
Messages: 1 907
Localisation: Univers, Le Monde, Planète Terre, Europe, France, Region Parisienne, Val D'Oise, St Leu la Forêt
Point(s): 1 909
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 28/01/2009 21:51:31    Sujet du message: Encore cassé ?! Répondre en citant

Wilhelmine sortit à grandes enjambées du dortoir des gardiens. Pour quelqu'un venu de "l'autre continent" elle était habillée plutôt simplement... En fait elle était habillée comme tout les gardiens de ce nom : un uniforme comme il leur était demandé de porter - une sorte de veste grise et un pantalon "assorti" - et une paire d'énormes chaussures. Si elle avait été plus coquette, elle n'aurait jamais osé porter ce genre de choses, mais cela lui était plutôt égale. Ses cheveux ornés d'un casque sonore qui la reliait aux personnes dans la salle "info", la jeune femme écoutait les débilitées que ses camarades lui racontaient histoire de ne pas se sentir trop seule. En effet, bien que Wilhelmine soit ici et non sur l'autre continent, qu'elle ai choisi d'avoir "coupé les ponts" avec sa famille et donc d'accepter d'être "seule", l'informaticienne n'appréciait que peu d'être seule. Ou si ce n'est être seule, qu'elle ai au moins un bruit : le silence avait pour effet de la mettre mal à l'aise.

Plus d'une fois elle avait expliqué ce genre de choses à ses collègues, pour la plus part, ils répondaient que c'était caractéristique des femmes "t'es trop sensible ! si tu penses à des petites choses comme ça, tu survivra jamais face à des brutes !" etc. Toujours la même chanson, bizarrement ils avaient tous les mêmes idées, caractéristique de ses collègues ? Peut être. Quoi qu'il en soit, elle ne se séparait jamais de son petit casque, avec qui elle pouvait soit parler avec ces personnes très sympathiques ou écouter d'autres choses comme les échanges radios etc.

" Non mais c'est vrai quoi, tu devrais... "
- Arrêtes de me dire ce que je devrais faire, et dis moi où est cette caméra...
" Bon, bon... Continue tout droit, elle devrait être au font à ta première à gauche. "

Wilhelmne occupait essentiellement son temps libre à ramener les cadavres des caméras qu'elle posait soigneusement à certains endroits plutôt bien cachés dans le pensionnat. Apparemment c'est l'éducatrice Yûka qui s'amusait à les faire exploser les unes après les autres, aussi la jeune femme cherchait sans cesse d'autres moyens pour qu'elle ne soit plus détectée etc. Bien sûr, étant dans un grade un peu plus supérieur que simple "chercheuse et poseuse de caméra", elle s'occupe également du matériel informatique de l'endroit et dirige une petite unité de personnes qui sont sensées surveiller le bâtiment... Sensées, car elle était tombée sur une bande de petit feignants. Aussi parfois préférait-elle s'occuper de ces taches d'aller chercher les caméras, histoire de sortir parfois...

Enfin, elle tomba sur cet endroit indiqué et ...

_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 28/01/2009 21:51:31    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Yuna - Staal
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2007
Messages: 2 200
Localisation: Quelque part... Perdue, sûrement xD
Point(s): 2 201
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 15/06/2009 21:25:31    Sujet du message: Encore cassé ?! Répondre en citant

... et elle découvrit un Vlad affalé dans le couloir, barrant le chemin de ses deux longues jambes poilues. Il était légèrement assoupi, mais soutenu par les deux bouteilles de bières qui lui tenaient compagnies. L'une des deux étaient déjà presque vide. Et entre ses doigts pâles terminait de brûler un mégot de cigarette... Vlad n'avait aucun respect pour les règles, même en tant que Gardiens. Car, mystère pour beaucoup, les cigarettes étaient interdites au pensionnat. POurtant, affirmait-on, elles brûlent les élèves de l'air ! Oui, oui, renchérissait on, elles font du mal aux élèves de la Terre ! Certes, certes... Mais que faites vous de l'étincelle ? N'ai-t-elle pas un risque potentiel ? Les élèves du feu pourraient se l'approprier et créer un incendie. Certes. Mais Vlad s'en fichait royalement. Sa seule sinistre réputation suffisait pour que les élèves ne lui fasse pas ce genre de blagues foireuses. Après tout, des rumeurs circulaient comme quoi il n'hésitait pas à tirer sur de jeunes élèves...

Vlad ouvrit négligemment les yeux en entendant approcher. Il releva légèrement la tête et lança un regard impénétrable à Wilhelmine. Il mit quelques secondes à se rappeler son nom. Il ne l'avait que rarement croisée, et jamais parlé. Vlad ne parlait pas aux autres Gardiens et même ces derniers évitaient d'engager la conversation. Même une huître asmatique était plus sociale que lui. Il se rappela - effort suprême - qu'elle était chargée des caméras de surveillances. Une tâche ingrate qui convenait parfaitement à son statut de femme. Comme ça, macho ? Absolument pas... Vlad fit l'immense effort de replier ses jambes pour qu'elle est de la place pour passer.

Il s'attendait vaguement à ce qu'elle fasse une remarque sur son odieuse inactivité. Et les élèves alors ? Depuis quand "séchait" il ses cours de garde ? Depuis qu(il faisait des rêves franchement bizarres et beaucoup trop réalistes... Il y voyait des élèves sauter du premier étage, atterire sans problème, et partir faire un petit jogging dans la forêt. Il s'empressait de les suivre, leur rappelant que c'était formellement interdit, mais il tombait nez à nez avec l'ancienne surveillante. Celle-ci le regardait droit dans les yeux, comme si elle n'avait jamais été aveugle... Elle souriait aussi de cet abominable sourire sadique... Et là, Vlad se réveillait, avec pour prime le plus tenace des mal de crâne. Il commençait à devenir paranoïaque, se disait que lorsqu'il croisait Yûka, elle le regardait bizarrement alors que techniquement elle ne pouvait pas... Il avait l'impression de voir certains élèves sourirent à son passage... Se moquaient ils ?

Vlad écrasa négligemment sa cigarette déjà à moitié éteinte sur le sol, où se voyaient déjà plusieurs petites traces noirâtres et rondes. Soit il était là depuis très longtemps, vu le nombre de marques, soit il venait là souvent. En fait, quand il avait besoin de réfléchir, il aimait bien se poser là... Et en ce moment, il avait beaucoup besoin de réfléchir... Sur ses étranges rêves. Il s'était juré de les élucider et de comprendre s'il était tout simplement en train de devenir fou - contaminé par les mutants - ou bien si on lui avait fait subir quelque horrible lavage de cerveau....

_________________
Revenir en haut
Renji
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2007
Messages: 1 907
Localisation: Univers, Le Monde, Planète Terre, Europe, France, Region Parisienne, Val D'Oise, St Leu la Forêt
Point(s): 1 909
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 19/06/2009 22:30:25    Sujet du message: Encore cassé ?! Répondre en citant

Wilhelmine ne savait pas trop à qui elle avait à faire lorsqu’elle arriva dans le couloir : Vlad. Oui, c’était son nom, mais qui il était, quel caractère il avait, pourquoi il était assis là à se saouler et à fumer comme un pompier… Oui, oui, elle n’avait pas à le juger ni rien. Elle ne connaissait ce gardien que de vue, il fallait avouer qu’ils n’étaient pas du tout dans la même section. Il avait pour réputation d’être totalement associable et de tuer des élèves de sang froid, et d’une certaine manière la jeune femme commençait à croire ces rumeurs : être assis là, à se saouler, dans une position de dégonflé et quelque peu digne pour un gardien et fumer… Fumer… C’était le genre de choses que l’informaticienne avait beaucoup de mal à comprendre. Elle avait fumé, il y a fort longtemps, alors qu’elle était encore à se balader avec ses amis dehors, dans les fêtes mais elle avait très rapidement après s’être rendue compte que cela ne lui apportait rien d’autre que des problèmes. La jeune femme avait pour philosophie que de ne faire que ce qui lui apportait quelque chose, un bénéfice en soit, d’autres choses ne lui intéressait pas.

Par exemple : à quoi servait-il de se maquiller ? Elle voyait toutes ces filles de 15 ans qui se maquillaient pour ressembler à de grandes dames… à quoi bon ? Etre plus vieilles ? C’était stupide. Avoir un ami ? A quoi bon ? Ouais, c’est chouette d’avoir un ami, des petits bisous par-ci, par-là…
Alors, pourquoi fumer ? Certes, cela décompressait, mais cela pourrissait le corps en retour. Par chance, dans son unité, il était interdit de fumer : les cendres entre les touches des claviers des ordinateurs n’étaient pas vraiment l’idéal. Et elle ne supportait pas l’odeur alors elle avait ordonné aux petits imbéciles qui lui servaient d’équipe d’arrêter de fumer sans quoi ils connaîtraient sa colère. Ou seraient renvoyés, au choix.
Bref, la jeune femme ne prêta guère attention à Vlad lorsqu’elle passa devant lui, ne réagi pas lorsqu’elle vit ses magnifiques jambes poilues mais enfin passé devant lui, Wilhelmine se pencha vers lui, ramassa les mégots, pris la cigarette qu’il avait entre les doigts et jeta le tout dehors.

- C’est interdit de fumer dans l’enceinte du pensionnat, vous devriez le savoir.

« A qui tu parles ? »

- Heu, ça te regarde ? Bon elle est où cette caméra ?

« Heu attend que je vois ça… - tape sur un clavier -… Au dessus de ta tête ».


La jeune femme leva la tête et vit en effet un trou dans un mur, là où théoriquement devait être caché la caméra… Bizarrement ce trou était entouré de noir, comme si la caméra avait explosé dans le mur et qu’un feu imaginaire avait brûlé le contour de son antre.
En soit, Wilhelmine aurait pu laisser Vlad se détruire les poumons, mais elle ne voulait pas détruire les siens, de plus avec le temps elle avait commencé à oublier l’odeur de la cigarette qui venait de lui attaquer les narines, choses qu’elle ne supportait pas.

- Plus haut aurait été trop demandé ? T’aurais pu me prévenir qu’il était si haut placé j’aurais pris une chaise…

« C’est toi qui l’a placé là »

Wilhelmine préféra ne rien répondre. Oui, elle avait placé là, mais elle en avait placé et déplacé tellement qu’elle ne se souvenait plus où était une ou l’autre. La jeune femme n’était pas spécialement grande et se hisser jusqu’à la caméra lui paraissait plutôt impossible. Elle se retourna pour finalement trouver un meuble sur le côté et c’était probablement la raison pour laquelle elle avait placé cette caméra à cet endroit. Wilhelmine se hissa sur le meuble et tendit les bras vers le petit trou où était cachée la caméra. Comment avait-elle fait ce jour pour mettre cette caméra ? Elle était encore trop petite ! Tant pis, elle n’avait pas le choix et elle n’allait sûrement pas déclarer forfait face à cette machine sans âme ni sentiments et partir face à cette bataille en présence de Vlad. Non que son honneur était en jeux, mais tout de même. L’informaticienne se hissa sur ses pieds.

- Allez viens cocotte… Encore quelques centimètres…

« Tombes pas hein… »

- Oh la … aaah !!

Et ce qu’elle craignait inconsciemment arriva consciemment : Wilhelmine chuta.

_________________


Revenir en haut
Yuna - Staal
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2007
Messages: 2 200
Localisation: Quelque part... Perdue, sûrement xD
Point(s): 2 201
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 20/06/2009 21:46:40    Sujet du message: Encore cassé ?! Répondre en citant

Vlad fronça légèrement les sourcils. De quel droit se permettait elle de prendre sa cigarette et de la jeter sans ménagement dehors ? Surtout que ça ne servait pas à grand-chose – son paquet était toujours plein. Il en ressortit une autre et jeta un regard assassin à la jeune femme, qui lui indiquait clairement que si elle recommençait, il n’hésiterait pas à sortir son plus fidèle compagnon et à lui plomber les intestins. Vlad lâcha un profond soupir : cette jeune femme ne se gênait pas pour bavasser allégrement dans son casque... Il lui aurait volontiers arraché ce dernier pour avoir la paix, mais cela signifiait se lever voire se battre et il avait franchement la flemme ce soir-là.

Il soupira encore une fois. Voilà qu’elle déplaçait des meubles, maintenant ! Bon sang, quel boucan... Il leva péniblement la tête pour voir ce qu’elle fabriquait. Evidemment, une caméra à changer... D’un côté, Vlad trouvait ces petits objets parfaitement inutiles. Déjà, elles tombaient constamment en panne, ou tout du moins on les y aidait. Yûka avait toujours d’excellents alibis – même si cela n’empêchait pas les Gardiens de la punir... Vlad vida sa première bouteille de bière. Ce n’était pas cette malheureuse bouteille qui allait le rendre saoul... Il releva la tête pour dire à Wilhelmine de faire moins de bruit si elle ne voulait pas se retrouver avec le contenu de son chargeur dans le ventre, mais ce qu’il vit lui fit ouvrir de grands yeux étonnés.

La scène ne se passa pas au ralentit comme dans les films ou les livres... Il ne vit pas Wilhelmine lui tomber dessus avec une lenteur exaspérante... Au contraire, tout se passa en quelques micro-secondes. A peine eut il vu qu’elle glissait qu’il se faisait lourdement écraser par l’informaticienne... Il lâcha un cri de surprise et de douleur et il chercha aussitôt à se libérer, tout en lâchant une impressionnante quantité de jurons – suffisamment pour faire une crise cardiaque à une bonne sœur. Il parvint enfin à s’extirper de dessous la jeune femme... Il lui jeta un regard furieux et commença à masser ses membres douloureux. C’était pourtant pas si compliqué de rester en équilibre sur un meuble !

- Pouvez pas faire attention ?!

En plus, il constata qu’elle avait renversé ses bouteilles de bières dans sa chute. Le liquide se répandait sur le sol, mais au lieu d’être d’une délicate couleur dorée, l’alcool se teintait de rouge. Il soupira : et voilà, elle les avait brisées... Il la releva sans douceur et constata qu’elle avait de nombreux débris de verre dans la jambe. Quel sous-être... Malgré tout, il était en parti responsable, puisque c’était ses bouteilles. Quelle tuile, comme s’il avait besoin de soigner cette fille, ou de faire quoi que ce soit d’autre pour elle ! Il soupira encore une fois – peut être était-ce là son seul mode de communication. Sans ménagement, il la prit par le bras et la conduisit en dehors du dortoir, vers l’infirmerie.

_________________
Revenir en haut
Renji
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2007
Messages: 1 907
Localisation: Univers, Le Monde, Planète Terre, Europe, France, Region Parisienne, Val D'Oise, St Leu la Forêt
Point(s): 1 909
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 27/06/2009 16:29:15    Sujet du message: Encore cassé ?! Répondre en citant

Elle s’en doutait, Vlad allumait une autre cigarette… la dépendance dépasse le soutenable parfois. Par contre, elle se doutait beaucoup moins qu’elle se mettrait à tomber alors qu’elle était à deux doigts d’attraper cette foutue caméra qui semblait refuser de se faire prendre. Pourquoi est ce que c’est systématiquement sur elle que tombaient ce genre de choses, elle l’ignorait mais c’était comme ça, malheureusement. Si ce qu’elle faisait ne plaisait guère à ce cher gardien pitoyablement affalé au beau milieu du couloir, ce qu’il se passait maintenant allait encore moins lui plaire.
Wilhelmine ne comprit pas vraiment ce qui s’était passé au début… Elle se sentit basculer vers l’arrière, puis le vide pour enfin ressentir une horrible douleur dans la jambe. Pendant quelques secondes la gardienne perdit partiellement conscience et ne comprenait pas ce qui se passait autour d’elle, lorsque enfin la douleur se réveilla et qu’elle se retrouve sur le sol après s’être fait bousculée sans ménagement la technicienne ressentit la vraie douleur et compris qu’elle était étendue sur le sol et que le liquide à côté d’elle n’était pas de la bière mais son propre sang. La jeune femme finit par s’asseoir tant bien que mal lorsque quelqu’un la mit debout mais ce ne fut pas sans conséquences et la technicienne n’apprécia que guère les douleurs qui lui sciaient les jambes. La technicienne retira brusquement un des bouts de verre dans sa cuisse et le mit sous le nez du gardien.

- Et vous, vous ne pouvez pas vous saouler ailleurs ?

« Wilhelmine ça va ? Que s’est-il passé ? »


- Rien, rien… Je suis tombée sur… des bouts de verre… Bon je vais à l’infirmerie… on s’occupera de ça après.

« Du verre ? Mais… »

- Laisses tomber veux-tu ?… Je te raconterais ça… plus tard.

Wilhelmine lâcha le bout de verre, coupa la transmission et se mit à avancer avec Vlad vers l’infirmerie. Elle ne voulait pas en ajouter, vu comment il était, il serait bien capable qu’il la laisse la au beau milieu du couloir et qu’elle doive se débrouiller pour aller à l’infirmerie, et ce n’est certainement pas ce qu’elle voulait. Malgré le fait que le gardien avance vite, la technicienne s’y adapta, ou du moins essaya car elle n’avait pas le choix. Le sport n’avait jamais été son activité préférée, bien qu’elle y arrive, et c’est peut être pour cette raison qu’elle avait choisi d’être dans la partie « technique » que de surveiller physiquement les élèves… On ne sait jamais ce qui pourrait arriver. Et elle avait son petit monde, c’était tout aussi bien.
Après avoir traversé le couloir et avoir descendu tant bien que mal les escaliers ils arrivèrent au rez – de - chaussé, où se trouvait l’infirmerie. Encore quelques mètres et ils y seraient. Alors qu’ils approchaient la technicienne jeta un coup d’œil derrière elle et remarqua qu’ils auraient pu être suivit à la trace tant son sang se répandait sur le sol. Certes ne c’était pas extrêmement abonnant mais suffisant pour faire tourner de l’œil n’importe quelle personne non habituée à voir des blessures ou à voir du sang. Wilhelmine avait de plus en plus de mal à marcher correctement, si on pouvait considérer que traîner une jambe ou grimacer dès qu’on pose le pied par terre, était marcher correctement.

Plusieurs élèves passèrent devant eux et se demandaient probablement pourquoi est ce qu’elle était dans cet état la mais ils n’allaient certainement pas leur poser la question, surtout en présence de Vlad. Le méchant tueur d’élèves. A peine avaient-ils posé un pied dans l’infirmerie qu’ils entendirent un « toc-toc-toc » régulier sur le sol, comme si quelqu’un avançait avec un bâton. En effet, ce n’était pas un bâton mais une canne, la canne caractéristique de la nouvelle infirmière, une certaine Sponk. Si la canne ne dérangeait pas Wilhelmine, elle fut étonnée de la voir avec de larges lunettes de soleil qui barraient son visage bien qu’ils soient dans un bâtiment et non dehors. En plus il pleuvait. Hors mis ses lunettes, de long cheveux noir encadraient un visage jeune mais sévère.
Sponk s’avança d’un pas rapide et d’une démarche boitillante malgré sa canne.

- Que s’est-il passé ?

Demanda-t-elle finalement. A cette question Wilhelmine releva la tête vers Vlad comme s’il était le seul responsable de cette situation.

_________________


Revenir en haut
Yuna - Staal
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2007
Messages: 2 200
Localisation: Quelque part... Perdue, sûrement xD
Point(s): 2 201
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 03/07/2009 21:01:05    Sujet du message: Encore cassé ?! Répondre en citant

Vlad lança un regard noir aux élèves qui les fixaient un peu trop longuement. Eh bien quoi ? Ils n'avaient jamais vu quelqu'un de blessé ? Ils voulaient essayer, peut être ? Cela ne dérangeait absolument pas de les aider à éprouver de "nouvelles sensations fortes". Mais les élèves, de véritables craquettes, s'en allèrent bien vite en baissant prudemment la tête. Le Gardien lâcha un sifflement sarcastique que seul lui, et probablement Wilhelmine, entendirent. Enfin, ils virent le grand panneau "Infirmerie". Vlad était pressé d'en finir et de retourner s'isoler dans un coin. Soutenir la jeune femme était passablement désagréable pour quelqu'un appréciant aussi peu les contacts physiques... Les seuls que toléraient Vlad, c'était son poing percutant la joue de quelqu'un d'autre... Ou encore son pied dans le postérieur d'un élève stupide. Bref, ce genre de trucs quoi. Certains avaient essayer de lui faire des "câlins"... Ils n'essayaient qu'une fois en général. Parfois même, ils n'étaient plus en état de faire de câlins à qui que ce soit pour un bon moment. Vlad eut un rapide sourire en y repensant.

Il poussa avec le pied la porte de l'infirmerie et s'apprêta à appeler l'infirmière, mais celle-ci était déjà là. Sa seule réaction fasse à la nouvelle infirmière, aveugle qui plus est, fut un bref haussement de sourcil. Il s'empressa aussitôt de laisser Wilhelmine au soin de cette femme inconnue mais experte... Cependant, lorsque cette dernière demanda ce qui s'était passé, Wilhelmine le regarda avec insistance. Vlad fronça aussitôt les sourcils. Eh bien quoi ? Qu'est-ce qu'elle était entrain d'insinuer, cette espèce de...?! Que c'était de sa faute si cette andouille géante s'était cassée la figure ? Elle n'avait qu'à mieux choisir l'emplacement de ses stupides caméras ! Il lâcha un sifflement d'exaspération. Heureusement qu'il savait garder son calme, sinon, il aurait bien gifler cette insolente pour le regarder de cette façon. Il se tourna vers l'infirmière de mauvaise grâce, pour se débarrasser de cette tâche :

- Elle est tombée sur des bouteilles en verre. L'une d'elle était presque vide, l'autre pleine. C'est tout.

Simple, bref et concis. Sur un ton sensiblement grincheux. Du pur style Vladounet en somme. Il regarda rapidement l'intérieur de l'infirmerie et constata - avec une légère déception - qu'elle était vide. Peut être devrait il se charger de la remplir ? Puis brusquement, il se demanda ce qu'il fichait là. Après tout, il avait amené l'autre cruche pour qu'elle se fasse soigner... il n'avait plus rien à faire ici. En plus, il était couvert de bière, et malgré tout, il avait quelques coupures de verres aux doigts. Il hésita un moment à emprunter des pansements, mais il haussa les épaules : bah; ça se soignerait comme ça ! Pas la peine de s'emmerder à s'appliquer des pansements sur les doigts. Et puis a le gênerait pour fermer les poings.. Ce qui accessoirement pourrait le gêner pour donner des coups de poings, si jamais un élève s'amusait à le regarder d'un peu trop près. Quoi que depuis quelques semaines, les élèves étaient semble-t-il plus calme. Et ils semblaient moins npombreux. Ne manquaient il pas quelqu'un...?

- Bon. Vous n'avez plus besoin de moi.

Il s'avança vers la sortie...

_________________
Revenir en haut
Renji
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2007
Messages: 1 907
Localisation: Univers, Le Monde, Planète Terre, Europe, France, Region Parisienne, Val D'Oise, St Leu la Forêt
Point(s): 1 909
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 11/07/2009 22:56:45    Sujet du message: Encore cassé ?! Répondre en citant

Wilhelmine s’était cassée de nombreux membres après avoir fait plusieurs petites « bêtises » autant lors de son arrivée sur l’île qu’avant avec ses amis, mais jamais elle n’avait eu mal comme ça. Des bouts de verres plantés dans la chair et dans la jambe qui plus est…C’est sûr qu’elle serait clouée sur sa chaise et probablement pendant un moment au lit et n’aurait plus le droit de bouger. Et tout ça à cause de lui. L’informaticienne regarda un moment Vlad d’un regard de reproche mais visiblement il n’en avait que faire. Ou alors il se maîtrisait rudement bien pour ne pas la jeter et remplir son ventre de plomb.
Vu sa manière de décrire la raison du mal de la jeune femme, Wilhelmine fronça les sourcils : on aurait dit que c’était de SA faute. Est-ce qu’il ne pouvait pas se mettre autre part pour fumer ses stupides cigarettes et poser ses bières par terre ? Non seulement il savait pertinemment que c’était interdit mais en plus il était en service et se devait de surveiller le pensionnat avec ses chers amis armés de balles de plomb.

- Des bouteilles ?

- Ses bouteilles de verres qui étaient négligemment posées sur le sol accompagnées de mégot de cigarettes.

Simple aussi, mais c’est aussi le genre de phrases qui enfoncent l’autre personne. Sponk observa un moment les deux gardiens : des gardiens… Les pauvres élèves. Vlad, le plus débile et macho qu’il soit, enfin probablement, aida sans ménagement Wilhelmine sur un des lits et sembla vouloir s’éloigner. Malgré son handicape Sponk voyait parfaitement avec un seul œil et les mains du gardien ne passèrent pas inaperçus de sa visions aiguisée. Monsieur « je bois des bouteilles de bières et je fume des cigarettes quand et où il ne faut pas » allait s’éloigner mais les traces qu’il avait sur les doigts étaient pour l’infirmière inquiétants. Et cela lui apprendrait à laisser des bouteilles la où il ne faut pas. On pourrait appeler ça « la solidarité féminine » mais Sponk n’était aucunement solidaire en vers Wilhelmine, c’est seulement qu’elle voulait un peu embêter ce gardien trop sadique envers les élèves. Elle le connaissait rapidement de réputation et elle ne le supportait pas.

- Excusez moi mais vos mains n’en disent pas autant. Asseyez vous sur ce lit et attendez moi.

Elle se tourna vers Wilhelmine et lui demanda de s’allonger sur le ventre sur le lit. Pendant ce temps la, l’infirmière marcha autour du lit de la gardienne avec sa canne ornées de flammes au bout pour finalement tirer un rideau entre les lits des gardiens. Même s’ils se connaissaient et autre, l’infirmière gardait un certain semblant d’intimité pour la jeune femme. Lorsque la gardienne fut allongée, Sponk ne se dérangea pas pour légèrement gêner Wilhelmine : L’infirmière découpa le pantalon de la gardienne de long en large et en travers pour pouvoir le retirer sans lui faire trop mal et pouvoir examiner correctement les bouts de verre plantés dans la jambe et la cuisse. C’était pas vraiment joli à voir et il fallait avouer que retirer tout ces bouts n’était pas une mince à faire. L’ennuis est qu’ils n’avaient aujourd’hui pas vraiment de personnel pour pouvoir « opérer »… Et oui, aujourd’hui c’était dimanche donc jour de congé pour beaucoup. « L’infirmière Clara » était partie faire un petit tour en ville et elle n’était pas de service aujourd’hui. Et les autres étaient bien incapables de faire quelque chose, ils ne connaissaient que leurs ordinateurs…

- Bon, quand on a pas le choix…

- Pardon ?

Il fallait avouer que Wilhelmine n’était pas vraiment rassurée. Bizarrement elle l’était encore moins lorsqu’elle vit Sponk mettre un drap sur ses jambes dénudées sauf à l’endroit où il y avait les bouts de verres, et encore moins lorsqu’elle alla voir Vlad pour lui désinfecter les doigts et…

- Il n’y a pas de personnel ici. Puis que vous êtes la, que vous n’avez rien à faire et que c’est partiellement de votre faute que votre collège soit dans cet état, vous allez m’aider à retirer les bouts de verre.

- Pardon ?!

- Vous taisez vous, ou vous serez infirme jusqu’à la fin de votre vie.

Wilhelmine ignorait si c’était vrai, mais vu l’air que prenait l’infirmière elle ne voulu pas protester. Sponk poussa le rideau et intima Vlad à s’approcher. Deux mains de plus ne seraient pas de trop.

_________________


Revenir en haut
Yuna - Staal
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2007
Messages: 2 200
Localisation: Quelque part... Perdue, sûrement xD
Point(s): 2 201
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 11/08/2009 21:03:41    Sujet du message: Encore cassé ?! Répondre en citant

- Ses bouteilles de verres qui étaient négligemment posées sur le sol accompagnées de mégot de cigarettes.

Vlad aurait bien protesté, si seulement il ne savait pas que cela les conduirait dans un débat sans fin dont il n'avait aucune envie. Discuter avec une femme - surtout que celle-ci semblait aussi têtue qu'un vieux bouc- ne lui plaisait franchement pas. D'ailleurs, parler tout court était chiant... Il ne fit qu'un haussement d'épaule au regard interrogateur de l'infirmière, qui pouvait signifier "ne l'écoutez pas, elle débloque". Ce qui pouvait être crédible, non, vu les bouts de verre qu'elle avait dans la jambe ? La douleur la rendait surement confuse... Elle ne se rappelait pas bien des circonstances de son "malheureux" accident... Heureusement que tonton Vlad serait là plus tard pour lui remettre les pendules à l'heure. Mais évidemment, ce serait stupide de penser qu'il ferait ça en douceur et en toute amitié... Il parvint à cacher un sourire qui ne signifiait rien de bon. Il faillit sursauter - quelle honte pour lui - lorsque l'infirmière lui parla à nouveau. Et il n'aimait absolument pas ce qu'elle disait...

- Excusez moi mais vos mains n’en disent pas autant. Asseyez vous sur ce lit et attendez moi.

Qu'est-ce que c'était que ces conneries encore ? Rien que pour montrer que ça l'agaçait au plus au point, Vlad resta debout et croisa les bras. Il ressentait à peine un picotement dans les doigts ! Un peu d'alcool dessus et hop, il serait comme neuf. Cette infirmière le faisait surement exprès... La garce... Il fronça les sourcils. En voilà encore une qu'il ne pourrait pas saquer. Le regard noir, il l'observa découper sans pitier le pantalon de Wilhelmine. Oh, les belles gambettes. Enfin, il supposa qu'elles devaient belles vu qu'en l'occurrence elles étaient recouvertes d'hémoglobines et de bouts de verres sanglants. Alors, quel effet ça fait, d'être transformée en boucherie sur patte ? Vlad eut un rapide sourire ironique. Il décroisa les bras et observa nonchalamment ses mains, tout en maudissant l'infirmière de le retenir pour des coupures aussi peu profondes. C'était sa virilité de mal poilu et suant qui allait en prendre un coup... Arf... Il redressa la tête en entendant l'infirmière parler. Elle vint désinfecter ses coupures et Vlad l'observa faire, un masque d'indifférence royale posé sur son visage.

- Il n’y a pas de personnel ici. Puis que vous êtes la, que vous n’avez rien à faire et que c’est partiellement de votre faute que votre collège soit dans cet état, vous allez m’aider à retirer les bouts de verre.

- Pardon ?

Cette fois-ci, Wilhelmine et Vlad avait parlé en même temps, et pour dire la même chose. Diantre ! ils étaient d'accord sur un point ! Quel miracle... Il faudrait faire attention à ce que cela ne se reproduise pas trop souvent non plus. C'était toujours vexant d'être d'accord avec une femme... D'abord, cette andouille sur pattes n'avait qu'à pas tomber sur SES bières ! Vlad s'approcha en grommelant et signifiant clairement à l'infirmière d'un regard que ce qu'elle lui demandait de faire ne lui plaisait pas. Il aurait pu lui sortir un "non" franc et massif, mais qui sais de quoi cette femme diabolique était capable... Il adressa un regard mauvais à Wilhelmine, du genre "si t'avais pas deux mains gauches on en serait pas là !". Il n'était pas franchement à l'aise à l'idée de retirer des bouts de verre d'une jambe avec l'autre espèce de vautour pour regarder s'il faisait bien. Peste soit cette informaticienne de malheur...

- Bon... Je veux bien vous aider mais c'est vous même qui m'avait demandé du "repos" pour mes "blessures".

Il lança à l'infirmière un regard plus ou moins méprisant.

_________________
Revenir en haut
Chunyan


Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2007
Messages: 1 459
Localisation: Univers, Le Monde, Planète Terre, Europe, France, Region Parisienne, Val D'Oise, St Leu la Forêt , C
Point(s): 1 459
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 12/08/2009 15:36:51    Sujet du message: Encore cassé ?! Répondre en citant

Wilhelmine n’en revenait pas, il allait toucher à ses jambes ? Elle mettait sa santé entre ses mains ? Non, certainement pas ! Elle était certaine qu’il ferait exprès de lui planter d’autres bouts de verre dans la peau ou d’en laisser un quelque part pour que cela lui bousille la jambe en tout douceur et délicatesse ! Par ailleurs laisser cette brute épaisse toucher ses belles jambes avec ses grosses mains poisseuses et poilues ? Jamais ! L’informaticienne voulu protester mais l’infirmière la regarda dans les yeux ce qui la laissa bouche bée. Son visage et son regard froid la laissèrent sans voie et elle finit par rester tranquillement allongée sur le ventre sur ce lit inconfortable. Sponk regardait les deux gardiens avec un certain inintérêt, est ce qu’ils connaissaient Katsumi l’ancienne infirmière ? Est ce qu’ils faisaient partie de ceux qui lui ont fait mal ? Peut être, peut être pas, mais pour le moment elle ne pouvait pas juger car l’informaticienne avait plus ou moins besoin de ses soins. L’infirmière écouta Vlad d’une oreille : il ne voulait pas l’aider ? Tant pis pour lui car il l’aiderait de gré ou de force. Sans que le gardien ne le sache, l’infirmière pouvait agir sur son mental mais pour le moment il avait l’air d’accord ce qui n’était pas plus mal.

Wilhelmine vit le regard que Vlad lui lançait aussi le lui re donna-t-elle sans ménagement jusqu’à ce que Sponk arrive avec un espèce de chariot qu’elle poussait. Ce chariot était chargé de multiples instruments qui ne mettait absolument pas l’informaticienne en confiance. Bizarrement elle n’avait plus mal et surtout elle voulait partir très rapidement de cette infirmerie. La « semi-aveugle » déposa un plateau près de Vlad remplis de diverses outils nettoyés et qui puaient le désinfectant et posa un autre plateau à côté d’elle, de l’autre côté du lit là où la jambe était la plus abîmée et ou elle pourrait le plus facilement intervenir. Sponk prit un espèce de mouchoir qu’elle imbiba d’un produit pour le moment non identifié.

- Vous n’aurez pas grand chose à faire et rien qui ne fera du mal à vos mains. Par ailleurs je préfère que vous soyez ici pour vous surveillez que vous n’alliez voir les élèves et que vous me les rameniez dans un état pitoyable, j’ai assez de travail comme ça. J’ai mis de l’anesthésiant sur ce mouchoir et je veux que vous le lui appliquiez sur son nez toute les cinq minutes… Il ne faut pas qu’elle bouge. Et j’aimerais que vous me donniez certains outils quand je vous le demanderais, je ne pourrais pas toujours les voir et les cherchez, vous comprenez…

Tout naturellement Sponk montra ses yeux, en effet voir les outils avec un seul œil était parfois assez complexe – histoire de perspective etc.- et une aide était parfois bonne à prendre même si la personne en question était ronchonne et bornée.
Wilhelmine redressa sa tête lorsqu’elle entendit « anesthésiant » et « il ne faut pas qu’elle bouge » puis se mit à gigoter sur le lit : il n’était pas question qu’elle dorme !

- Quoi ? Je ne…veux pas… m’en…dor…muiiiir…

Sponk avait mit sa main gauche derrière la tête de Wilhelmine et elle avait mit le mouchoir sur nez de l’informaticienne avec la droite. Elle resta ainsi jusqu’à ce qu’elle s’endorme et donna le mouchoir à Vlad.

- Voilà comment vous ferez dès qu’elle se mettra à bouger. Ne le laissez pas tout le temps sans quoi elle mourra, ou un truc du genre.

Sponk n’aurait peut être pas du dire ça mais cela lui était égal, elle avait d’autres choses à penser. L’infirmière désinfecta la plaie et retira un maximum de sang pour pouvoir accéder correctement aux plaies et voir réellement où elle devait intervenir. Le sang ainsi retiré, l’infirmière prit une pince et une tige de fer qu’elle avait mise à côté d’elle pour qu’elle puisse tirer la peau d’un côté et retirer le bout de verre sans qu’il n’endommage plus les tissus. Malheureusement, le gros bout de verre auquel elle s’était attaquée était cambré – forcément c’était le bout d’une bouteille – et elle devait anesthésier également la jambe pour que les muscles se relâche correctement, aussi tendit-elle une main vers Vlad, sans le regarder.

- La seringue s’il vous plait.

Au moins elle était polie…

_________________
Revenir en haut
Yuna - Staal
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2007
Messages: 2 200
Localisation: Quelque part... Perdue, sûrement xD
Point(s): 2 201
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 03/09/2009 21:02:39    Sujet du message: Encore cassé ?! Répondre en citant

La réflexion de l’infirmière sur la flopée d’élève que notre gardien blondinet préféré ramenait quotidiennement dans l’infirmerie ne lui inspira aucune réaction, ce fut à peine s’il lui jeta un regard indifférent. Il aurait pu répondre « il faut bien que quelqu'un vous donne une raison de vivre » avec une certaine ironie, mais il n’avait aucune envie d’engager un semblant de conversation avec cette femme. Elle lui expliqua rapidement ce qu’il devait faire et Vlad aurait bien laissé Wilhelmine se réveiller en plein milieu de l’opération. Mais ce n’était pas très fair play, même venant de la part de quelqu'un comme lui. Puis il se demanda s’il était vraiment nécessaire de l’endormir pour une opération aussi benigne : ne s’agissait il pas de seulement enlever quelques bouts de verre ? Il haussa les épaules, toujours pas décidé à daigner parler à Sponk.

- Très bien.

Il s’empara du mouchoir sans autre forme de procès et le posa non loin de la tête de la jeune femme, avant de retourner près du chariot. Il consulta sa montre, pour compter les cinq minutes. Il voulait faire vite, pour pouvoir s’en aller de ce lieu imprégné de l’odeur des médicaments et à l’atmosphère étouffante. D’un geste un peu brusque mais prévis, il tendit la seringue à Sponk. Il regarda de nouveau le cadran de sa montre et soupira devant la lenteur des aiguilles... Il aurait voulu être dehors pour fumer, ou inspecter les chambres, ou plutôt cellules, des élèves. En particulier celles de Xaphane et Staal, ces élèves ne lui inspirant aucune confiance... Enfin, encore moins que les autres élèves, vu qu’aucun à proprement parler ne lui inspirait confiance. Normal, vu son job.

Au bout de cinq minutes, sans aucune délicatesse, Vlad fourra le mouchoir sous le nez de Wilhelmine, malgré son envie de ne rien en faire. Il avait aussi envie de laisser l’anesthésiant trop longtemps, mais c’était assez pitoyable. Il n’y a que les bonnes femmes qui tuaient de manière aussi détestable. Lui, il était un homme, un vrai, il lui fallait du combat, des sensations et beaucoup, beaucoup d’hémoglobine. Et puis bon, il n’avait aucune raison de la tuer. A part qu’elle l’agaçait au plus haut point et qu’elle lui faisait perdre son précieux temps. Avec un léger rictus d’agacement, il enleva le mouchoir et le reposa. En soupirant intérieurement, il retourna près du chariot à outil. Que cette infirmière était lente... Quelle idée d’en engager une aveugle aussi... Franchement... Bon, en même temps, les mutants n’avaient pas besoin d’une top infirmière diplômée de cinq écoles prestigieuses.

Il avait répété l’opération cinq fois. N’étant pas totalement stupide, Vlad en déduit que cela faisait 25 minutes que l’infirmière était penchée sur les jambes abîmées de la jeune femme. On sentait qu’il devenait de plus en plus agacé d’être coincé ici avec deux femmes détestables – comme s’il pouvait en être autrement avec des femmes... Mais inlassablement, il continuait de passer ses outils à l’aveugle et à, toutes les cinq minutes, administrer l’anesthésiant. Il comptait les bouts de verre, mais quand il pensait qu’elle retirait le dernier, un autre bout pointait le bout de son nez. Que c’était agaçant... Enfin, il lui sembla que c’était vraiment le dernier morceau. L’infirmière le posa avec les autres dans une coupelle remplie d’eau, depuis longtemps teintée de rouge. L’informaticienne allait se réveiller, lui asséner peut être un regard noir auquel il répondrait par le même coup d’œil et il pourrait enfin s’en aller...

_________________
Revenir en haut
Chunyan


Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2007
Messages: 1 459
Localisation: Univers, Le Monde, Planète Terre, Europe, France, Region Parisienne, Val D'Oise, St Leu la Forêt , C
Point(s): 1 459
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 06/09/2009 23:09:58    Sujet du message: Encore cassé ?! Répondre en citant

Sponk savait que Vlad en avait mare, elle sentait un lourd regard posé sur elle tandis qu’elle retirait les bouts de verre des jambes de sa collègue. Certes, elle n’était en soit pas vraiment obligée de tout ce matériel, d’endormir Wilhelmine et de retenir Vlad, elle aurait pu le faire seule, mais elle voulait l’embêter un peu. Certes, c’était gamin mais l’infirmière avait en réalité toujours été enfantine ce qui était un peu embêtant pour son métier plus que sérieux. S’amuser discrètement de temps en temps ne tuait pas, enfin normalement. Bien qu’elle n’était pas chargée de l’anesthésie de la jeune femme, Spond surveillait de son unique œil ce que Vlad faisait. A vrai dire, elle n’imaginait pas qu’une bouteille de bière pouvait se briser en autant de bouts de verre qui iraient se planter dans une cuisse… En plus de la bière, mais quelle idée ! Raison de plus de l’avoir gardé :ça lui apprendrait à boire dans les couloirs d’un pensionnat, entourés de mineurs.

Ca y est, elle retirait le dernier morceau de verre qui n’était pas tout petit et qui répandit beaucoup de sang autour de la jambe de l’informaticienne qui ne bronchait toujours pas. Elle était paisiblement endormie sur le vendre sur ce lit quelque peu dure mais au moins elle ne bougeait pas et elle avait pu être soignée correctement. L’infirmière nettoya grossièrement les plaies, referma les trous occasionnés par les bouts de verres et son intervention, nettoya le tout pour finalement bander la plaie sans pour autant couper la circulation du sang dans la plaie. Naturellement tout ceci n’était pas très facile et Vlad du lui prêter main forte pour lever la jambe le temps qu’elle mette le bandage correctement. Le visage du gardien était toujours aussi fermé et il semblait sérieusement en avoir mare. Maintenant qu’il l’avait aidé, elle ne semblait plus devoir le retenir ce qui n’était pas tout à fait faux.

Tout deux retournèrent Wilhelmine, histoire qu’elle ne se réveille pas sur le ventre, ils mirent ses jambes blessées sur des coussins pour éviter que les jambes ne soient contre le matelas, ce qui ne serait pas très confortable pour la jeune femme et enfin Sponk la couvrit d’une couverture. Ensuite, elle se retourna vers Vlad et l’ordonna de s’asseoir sur le lit d’à côté. Celui ci, bien qu’après avoir bronché deux trois fois et probablement protesté, finit par s’asseoir. L’infirmière pris les mains du gardien et les regarda : naturellement après l’avoir aidé, elle se doutait bien que cela n’aurait pas forcément fait un bien immense à ses mains, mais par chance pour lui, il n’y avait rien de catastrophique. Sponk mit de l’alcool dessus pour désinfecter le reste, banda les deux trois endroits qui risqueraient de saigner et s’en était finit pour lui.

- Vous pouvez repartir. Je vous demanderais de revenir demain et peut être après demain si nécessaire pour que j’examine vos mains, au cas où si cela s’infectait.

Naturellement, Sponk n’était pas stupide et elle se doutait que le gardien ne viendrait pas de plain gré aussi il fallait qu’elle mette une contre-partie ou qu’elle le force d’une certaine manière. Certes, ses mains allaient plutôt bien pour le moment, mais on ne sait jamais.

- Si vous ne venez pas, j’irais voir votre supérieur qui à mon avis ne sera pas très heureux d’apprendre que vous désobéissez à des ordres.

Certes, elle n’était pas son supérieur mais il était tenu d’obéir aux aides soignants. Sponk referma le rideau autour de Wilhelmine et retourna dans son bureau, de sa démarche boitillante avec sa canne qui produisait ce « tac-tac-tact » incessant à chacun de ses pas.

_________________
Revenir en haut
Yuna - Staal
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2007
Messages: 2 200
Localisation: Quelque part... Perdue, sûrement xD
Point(s): 2 201
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 10/09/2009 22:35:27    Sujet du message: Encore cassé ?! Répondre en citant

Enfin, l’opération semblait terminée.. Cette andouille d’informaticienne avait les jambes nettoyées, bandées et tout le tralala habituel aux blessures. Franchement, faire un plat pour si peu... ! Vlad ne trouvait pas un seul moment se montrer intransigeant envers Wilhelmine. Pour lui, tout ceci était parfaitement normal. Premièrement parce que son père s’était toujours montré ainsi, même envers sa propre mère... Puis il était un militaire, habitué à voir des blessures, à en donner aux autres et accessoirement à en recevoir. Il avait une bonne petite collection de cicatrices un peu partout, et cette idiote venait de lui en procurer de nouvelles sur les mains... Génial... Charmant, comme « cadeau de bienvenu »... L’infirmière voulu l’obliger à l’asseoir pour examiner ses blessures. Il protesta, voulu s’en aller, mais cette... infirmière parvint tout de même à ses fins.

« revenez me voir »

Mais oui, bien sur ! Compte là-dessus, sorcière de malheur ! Il ne laissa pas ses émotions ni rien d’autre transparaître sur son visage qui restait de marbre, arborant toujours cette expression de mépris universel. Vlad semblait toujours d’humeur « neutre ». Bien sur, ce que lui appelait « neutre » signifiait pour les autres « exécrable »... (nous n’avons pas les mêmes valeurs). Malheureusement... L’infirmière devina ses intentions et le menaça. Il était rare que l’on menace Vlad, surtout si « on » était une femme. Il lui jeta un regard particulièrement « neutre » alors qu’elle s’éloignait. Une menace ? ça ne suffirait pas pour que Vlad remette les pieds dans ce lieu qu’il détestait déjà. Ses supérieurs rigoleraient bien en voyant l’infirmière venir réclamer la présence de Vlad pour de simples coupures aux doigts...

Il se leva, prêt à partir. Aucune raison ne le retenait ici... A moins que la fourbe ne lui demande d’attendre le réveil de Wilhelmine pour qu’il la raccompagne au dortoir. Après tout, il n’était pas bien sur qu’elle puisse marcher correctement avec tous ses bandages. Lui n’aurait eut aucun problème, cela va de soit, mais les femmes, ça fait toujours tout un tas d’histoire pour pas grand-chose... Il se tourna donc vers Sponk et toussota :

- Je vous laisse, maintenant que vous n’avez plus besoin de moi.

_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 07/12/2016 16:24:57    Sujet du message: Encore cassé ?!

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le pensionnat des Eléments Index du Forum -> Le pensionnat -> Dortoirs Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com