Le pensionnat des Eléments Index du Forum

Le pensionnat des Eléments
Vous êtes un élève... Un élève pas comme les autres, dans un pensionnat pas comme les autres... Et dans un univers pas comme le nôtre !Ici, à Mist, vous contrôler un élément : Terre, Air, Feu ou Eau ; et vous allez apprendre à bien vous en servir !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Solitude troublée

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le pensionnat des Eléments Index du Forum -> La Ville ! -> L'Eglise
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Giyoomu - Anaisu


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2008
Messages: 22
Point(s): 22
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 09/11/2008 02:19:07    Sujet du message: Solitude troublée Répondre en citant

Aucun bruit, sinon celui du vent frappant aux vitraux, et s'engouffrant furtivement dans l'Église avec un sifflement sinistre. De temps à autre une poutre venait à craquer, ou une porte à grincer. Tous ces bruits sans importance résonnaient longtemps, et fortement autour de lui.
Giyoomu était assis sur une dalle, ne troublant pas le silence l'entourant. Penché en avant, les avant-bras sur les genoux, le regard perdu dans le vide, il sentait cependant une présence non loin de lui, sûrement celle d'un gardien, ce qui l'agaçait. Cette tension se manifesta par une soudaine mise en mouvement de ses pieds qu'il agita alternativement en de nombreux bruits sourds. Son regard s'assombrit et ses lèvres se pincèrent légèrement. Le silence était bel et bien brisé, brusquement, comme si toute la nervosité de Giyoomu était contenue dans l'Église-même.
Le bruit de ses baskets frappant sur le sol cessa brusquement. Giyoomu s'était levé et regardait maintenant derrière lui avec un regard à la fois menaçant et intrigué. Il fixa le fond de l'Église longuement et silencieusement. Le vent siffla et un craquement se fit entendre. Giyoomu glissa une main dans sa poche pour en sortir une très fine corde métallique qu'il se mit à mâchouiller énergiquement sans pour autant lâcher le fond de l'Église des yeux. Il haussa le sourcil et esquissa un sourire, la main droite fourrée dans sa poche.
Un nouveau craquement se fit, et brusquement Giyoomu ricana en lançant un couteau qui fila dans l'air avant d'emporter dans sa course une chauve-souris qui fut clouée à un mur par l'aile. La bête se mit à pousser des cris plaintifs. Giyoomu continua de ricaner et fixa un moment sa victime avant de s'en approcher en riant. Là, il retira le couteau du mur et le rangea dans sa poche, ignorant sa victime tombée sur les pavés de l'Église.
Le rire de Giyoomu résonna terriblement dans l'Église, jusqu'à se transformer en un hurlement nerveux. Giyoomu se laissa tomber sur le sol, à genoux, et serra son couteau dans sa poche. Il observa vivement autour de lui comme possédé et sorti sa main de sa poche, sanglante et entaillée profondément par le couteau. Giyoomu regarda le sang couler le long de son avant-bas et se leva lentement. Il devait apprendre à maîtriser cette tension, cette sensation d'être suivi, le fait d'être surveillé par un Gardien dans ses moindres faits et gestes, et cela, sans déclencher de catastrophe.
Il leva brusquement la tête en entendant une porte grincer puis se refermer. Il fixa longuement le fond de l'Église quand il entendit des pas. Il plongea sa main dans sa poche, le regard méfiant. Qui cela pouvait-il être ?... D'ordinaire, il était rare que l'on vienne jusqu'à l'Église...
_________________
Why so serious ?

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Publicité






MessagePosté le: 09/11/2008 02:19:07    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Huro - Yûka - Vlad
Les gardiens

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2007
Messages: 777
Point(s): 784
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: 09/11/2008 14:22:31    Sujet du message: Solitude troublée Répondre en citant

Huro sortait de la librairie, avec quelques livres sous le bras. Les jours où il pouvait aller en ville étaient plutôt rare, et à chaque fois, un Gardien le suivait de loin... Il ne lui restait plus qu'à aller au seul endroit où les Gardiens mettaient rarement les pieds, allez savoir pourquoi : l'Eglise. En plus, il serait au calme pour étudier les nouvelles recettes qu'il avait trouvé... Malheureusement, il n'avait pas trouvé la recette des nains des forêts du nord, mais il avait largement compensé avec les "crêpes celons les minotaures". Mais avant d'aller dans l'Eglise, peut être serait il plus sage de semer le Gardien qui le suivait de loin. Il était plutôt petit, et visiblement en surpoids. Si l'albinos se mettait à courir dans les ruelles sombres et souvent pleines d'obstacles, comme des poubelles malodorantes, il n'aurait aucun mal à disparaître aux yeux de cet immonde personnage.

C'est ainsi qu'un peut plus tard il arriva, essoufflé, à la porte de l'Eglise. Par précaution, il avait évité les immenses portes et était passé par derrière. Il en possédait la clé, "empruntée" au prêtre... Un léger coup d'oeil en arrière l'informa que son geôlier était hors de vue, probablement perdu entre deux ruelles. Il eut un petit ricanement et il ouvrit doucement la porte, qui émit un léger grincement. A cette heure-ci, normalement, le prêtre n'était pas là. Cependant, après quelques pas, il sentit une présence. Sa méfiance de voleur prit le dessus sans qu'il ne s'en rende compte, et il se mit à marcher silencieusement. Si le prêtre était là... Il allait se rendre compte que Huro lui avait subtilisé ses clés, et les portes de l'eglise se refermerait définitivement sur lui.

Puis il vit, agonisante sur le sol, la chauve souris que Giyoomu avait planté sur le mur. Huro haussa un sourcil, se demandant si c'était là le passe temps du prêtre. Auquel cas, ce serait légèrement inquiétant... Puis, redressant la tête, il aperçut Giyoomu, mâchouillant avec méfiance sa corde de guitare. Alors, Huro éclata de rire, à un tel point que son chapeau glissa de ses cheveux blancs et alla rouler sur le sol. Toujours riant, il se pencha et le ramassa, avant de l'épousseter soigneusement. Puis il se releva et calma enfin son fou rire.

- Tu m'as fait peur... j'ai cru que c'était le prêtre !

Inutile de se perdre dans des explications concernant sa kleptomanie maladive. Mais il était vraiment soulagé de voir que ce n'était pas le prêtre. Après, Huro n'en avait rien à faire ce soit le probable meurtrier de la chauve souris, tout comme il n'en avait rien à faire que sa "grande soeur" soit un vampire. Huro glissa les mains dans ses poches, après avoir soigneusement remi son chapeau à sa place, et il se tourna vers Giyoomu pour attendre sa réaction.
_________________


Revenir en haut
Giyoomu - Anaisu


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2008
Messages: 22
Point(s): 22
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 09/11/2008 20:14:29    Sujet du message: Solitude troublée Répondre en citant

Giyoomu se retourna vers Huro en haussant le sourcil droit. Il n'avait encore jamais vu ce petit être facétieux et le dévisagea longuement. Alors c'était lui, qui avait fait tout ce bruit en entrant. Malgré tout, il ne ressentit pas l'envie de dévaloriser ce jeune pensionnaire. Il lui tourna le dos un instant et fit quelques pas en avant puis se retourna complètement vers Huro. Il émit un grognement et fit tourner la corde dans sa bouche avant de titiller le médiator posé sur son oreille. Le garçon ne disait rien, aussi Giyoomu plissa les yeux et tourna légèrement et furtivement la tête avant de fixer le pensionnaire. Il ria doucement.

- Huro je suppose ?...

Giyoomu souria en coin et s'avança jusqu'à Huro. Il passa à côté de lui sans le voir et se baissa pour prendre la chauve-souris par l'aile. Il la désigna à Huro avec un regard perçant et amusé.

- Tu sais ce que c'est ?... Je vais te le dire... C'est ce que beaucoup méritent, en ce monde...

Giyoomu se mit à rire d'un rire qui une fois de plus résonna dans l'Église et sortit de sa poche un briquet qu'il alluma vivement. Giyoomu regarda longuement la flamme danser devant ses yeux dans le silence de l'Église. Il parut hésiter, et finalement alluma un cierge avant de replier et ranger le briquet dans un même geste brusque. Il passa sa main sur la flamme et regarda une dernière fois Huro avec un ricanement. Il s'apprêta alors à sortir de l'Église...
_________________
Why so serious ?

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Yuna - Staal
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2007
Messages: 2 200
Localisation: Quelque part... Perdue, sûrement xD
Point(s): 2 201
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 09/11/2008 20:33:47    Sujet du message: Solitude troublée Répondre en citant

Huro observa Giyoomu et son étrange manie de mordiller les cordes. Il se dit rapidement que lui n'aurait jamais fait, trop terrifié à l'idée d'abîmer ses dents et de ne plus pouvoir manger... Condamné à manger de la purée toute sa vie ? Certes, il existait une quantité infinie de purées différents... Mais il préferait mourir plutôt que de finir sa vie à se priver de tout un tas de bonnes choses. Huro se retourna lorsqu'il le dépassa pour aller prendre la chauve souris et il sursauta lorsqu'il la prit par l'aile. L'albinos fit une rapide grimace :

- tu veux dire que les gens méritent d'être des chauves souris ? Très peu pour moi... ça ne mangent pas de plats cuisinés, juste des moucherons, et au mieux, des papillons !

Huro regarda la chauve souris d'un air presque compatissant. Ne pas pouvoir manger, par exemple, de coquilles saint jacques... Quelle terrible punition pour l'humanité... Quelle cruauté, même ! Lorsqu'il releva la tête, le garçon était parti allumer un cierge. Bizarre pour quelqu'un qui souhaitait les pires atrocités pour le genre humain. Puis, lorsqu'ilk fit mine de s'en aller, un immense sourire traversa le visage de Huro, et il bondit pour le rattraper :

- Hey ! tu veux pas être mon cobaye pour ma nouvelle recette ? Tu verra comme ça que y a des trucs bien dans l'humanité, comme la bonne cuisine !

Comme à chaque fois que Huro parlait de "cuisiner", des petites étoiles enfantines envahissait ses yeux. Puis il recula légèrement, serrant dans sa main le méditor de Giyoomu. Comme à chaque fois, il ne savait pas vraiment comment l'objet était arrivé dans ses mains. D'habitude, il s'en fichait, mais comme Giyoomu était un "camarade" de prison, il lui tendit la main pour lui rendre le médiator. Il eut un petit rire nerveux :

- Désolé, chui un peu kleptomane... Dis ! Comment tu savais mon nom ?
_________________
Revenir en haut
Giyoomu - Anaisu


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2008
Messages: 22
Point(s): 22
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 09/11/2008 21:23:56    Sujet du message: Solitude troublée Répondre en citant

Giyoomu se retourna vers Huro et haussa le sourcil droit. Brusquement, il lança son couteau qui coupa le cierge en deux d'un geste rapide. Il regarda le cierge rouler jusqu'à sa victime qui prit feu. Il la regarda longuement se consumer avec un sourire. Il tourna alors la tête vers Huro qui lui tendait le médiator du bout des doigts.

- Tu peux le garder, petit kleptomane... Tu es naïf, mais très malin. La vie est dure, un jour tu le comprendras, et ce jour-là, n'oublie pas de continuer à rêver... J'aurais pu te tuer tout à l'heure, j'ai cru que tu étais l'un d'eux, et je déteste que l'on me suive...

Giyoomu sourit en coin et passa sa main ensanglantée dans ses cheveux. Il ramassa le couteau qui était tombé un peu plus loin et le glissa dans sa poche. Il s'avança alors vers Huro avec un sourire crispé.

- Comment est-ce que je connais ton nom... J'écoute les autres parler, écoute ce que les autres se disent, et tu sauras comment les détruire, et trouver leurs faiblesses... J'ai beaucoup entendu parler de toi petit kleptomane, en bien comme en mal. Tu as beaucoup d'ambition, mais ne sois pas tolérant, car la vie ne te le rendra pas, tout ce que tu y gagneras c'est y perdre tout ce que tu aimes... (Il est prit d'un sursaut) Ou de ceux que tu aimes...

Le sourire que Giyoomu s'évanouit, et ses yeux s'attendrirent. Il sembla perdu et se tut un instant. Quand brusquement, Giyoomu poussa un hurlement de colère et lança violemment son couteau qui frôla le chapeau de Huro et alla s'enfoncer dans le front d'une statue qui s'émietta. Les yeux de Giyoomu étaient redevenus obscurs, ses traits s'étaient crispés, et une larme de rage coulait le long de sa joue. Son hurlement résonnait encore dans l'Église. Il regarda le cierge s'éteindre, consumé dans les cendres de sa victime, et il se mit à rire de manière effrayante avant de poser son regard sur Huro.

- Ne laisse jamais la vie prendre le dessus sur toi, petit kleptomane, jamais...

Il s'éloigna de Huro et fit tourner sa corde dans sa bouche, après l'avoir ramassée.

- Nous sommes dans le même appartement, à ce qu'on m'a dit, petit kleptomane...

Giyoomu fixait Huro avec un regard perçant.
_________________
Why so serious ?

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Yuna - Staal
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2007
Messages: 2 200
Localisation: Quelque part... Perdue, sûrement xD
Point(s): 2 201
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 09/11/2008 21:55:50    Sujet du message: Solitude troublée Répondre en citant

Huro observa la chauve souris brûler, répandant dans l'édifice une odeur nauséabonde. "Comme un steack pas frais mis sur le barbecue", pensa-t-il distraitement. Puis il se tourna vers Giyoomu, sans aucune expression sur le visage. "la vie est dure"... Huro pencha la tête sur le côté :
- ça dépend ce que tu en fais, et les décisions que tu prends, non ? Si tes parents te chassent et font tout pour t'oublier.. A toi de choisir : y penser toute ta vie et tenter de les empoisonner, ou bien les oublier eux aussi et refaire ta vie.
Il eut un large sourire, les mains dans les poches, comme si ce qu'il disait n'avait pas d'importance.

Il sursauta lorsque Giyoomu parla de tolérance. Est-ce qu'il faisait référence aux Gardiens, ou bien à une expérience personnelle ? Huro réfléchit un moment. Il aurait bien son mot à dire là-dedans... Mais après, peut être que ça n'intéressait pas Giyoomu. Bah ! Depuis quand il se préoccupait de l'avis des personnes qu'il connait, tel un pansement version XXL, avec option "quand tu me décolle j'te pique un truc" ?
- Si mes parents avaient été tolérant, ni mon frère ni moi n'aurions été foutu à la porte. Alors, de temps en temps, ça vaut le coup d'être un peu tolérant, non ?
Il continuait de sourire, faisant toujours comme si de rien n'était. Puis soudain, le couteau de Giyoomu frôla son chapeau. Pendant quelques secondes, il resta immobile, puis il leva lentement le bras pour prendre son couvre-chef. Il contempla le bord légèrement déchiqueté par le couteau, l'ai catastrophé. Son chapeau ! SOn compagnon d'arme ! Son meilleur ami ! Ah... non... Son meilleur ami, c'était son livre de recette préféré... Mais quand même !

Il lui semblait, à Huro, qu'il avait justement fait ce qu'il voulait de sa vie. S'il avait écouté les autres, il aurait tout fait pour maîtrisé sa kleptomanie, et il aurait mis des talonettes de 10 centimètres de haut. Et puis, il aurait peut être modéré sa passion pour la cuisine. Il aurait peut être été moins collant, aussi. Bref, quelqu'un d'inintéressant au possible... Il secoua légèrement la tête et remis son chapeau, après l'avoir contemplé une dernière fois d'un air attristé.

- Puisque tu as blessé mon chapeau... Je te condamne à goûter ma future nouvelle recette !

Huro pointa un doigt accusateur sur Giyoomu, les sourcils froncés et l'air très sérieux.
_________________
Revenir en haut
Giyoomu - Anaisu


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2008
Messages: 22
Point(s): 22
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 09/11/2008 22:15:06    Sujet du message: Solitude troublée Répondre en citant

Giyoomu sourit en coin. La statue s'émietta encore en troublant le silence. Il caressa son oreille gauche avant de laisser apparaître un médiator. Là, un grincement se fit encore entendre et Giyoomu se retourna brusquement, avec un air méfiant. Il semblait que le vent faisait ni plus ni moins des siennes, et Giyoomu se retourna vers Huro puis s'avança vers lui. Il abaissa alors le bras de celui-ci en fixant le couteau sanglant encastré dans la statue.

- Tu es vraiment quelqu'un toi, petit kleptomane.

Giyoomu sortit une autre corde de sa poche et abandonna l'autre. Il se mit à la mâchouiller encore plus nerveusement que l'autre. Il regarda autour de lui et baissa les yeux vers Huro qui était toujours là.

- Une nouvelle recette, c'est donc la punition que tu as choisie...

Giyoomu sourit en coin et continua de mâchouiller sa corde en croisant les bras.

Anaisu entra en faisant grincer la porte. Elle entendit alors des voix et s'avança précautionneusement vers l'intérieur de l'Église. Elle fronça le sourcil et distingua un garçon de taille moyenne de dos, vêtu de noir, et accompagné d'un autre pensionnaire, aux cheveux incroyablement blancs. Elle tendit l'oreille mais ne parvint pas à entendre ce qui se disait. Elle s'avança alors, se cachant de pilier en pilier, en veillant à ce qu'on ne la remarque pas. Arrivé à mi-chemin, elle remarqua avec effroi le couteau planté dans la statue et le sang s'y prêtant. Elle vit alors que le pensionnaire aux chapeau haut de forme avait un énorme sourire et s'interrogea sur ce qui se passait réellement face à une telle ironie, sang, couteau et sourire ne faisaient pas bon ménage. Elle entendit alors parler de punition, et s'en suivit une discussion entre les deux pensionnaires. Anaisu tendait l'oreille, mais en s'appuyant contre l'un des vieux bancs de l'Église émit un craquement qui résonna terriblement dans toute l'Église et la fit se cacher derrière un pilier une main plaquée sur la bouche.
_________________
Why so serious ?

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Yuna - Staal
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2007
Messages: 2 200
Localisation: Quelque part... Perdue, sûrement xD
Point(s): 2 201
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 09/11/2008 22:34:26    Sujet du message: Solitude troublée Répondre en citant

Huro regarda d'un air un peu absent Giyoomu aller et venir, tout en contemplant le couteau dans la statue. Il s'assit sur l'un des bancs et commença à jouer avec le médiator qu'il avait piqué au garçon. Il tourna la tête vers lui et le regarda encore mâchouiller une corde avec étonnement et offusquation. Négliger ainsi la santé de ses dents... Il secoua la tête et se força à penser à autre chose. Il aurait put partir dans un discours digne d'un dentiste chevronné, alors qu'il avait horreur de ces gens... Un peu paradoxale, quand on fait excessivement attention à sa dentition.

Puis il se leva et eut un ricanement magistrale : oui, sa punition serait terrible !
- Je vais te concocter un plat aux piments...
C'était un peu débile, vu que Giyoomu semblait être du feu. C'était du moins ce qu'en avait déduit Huro en le voyant jouer avec son briquet. Mais voilà, Huro adorait le piment, tout comme son frère. A un tel point qu'il pouvait en gober quatre ou cinq sans rien sentir... Il en fallait donc une dose massive pour qu'il sente un léger picotement, et peut être cela serait il trop pour Giyoomu.
Huro tourna soudain la tête vers les bancs, et quelque secondes après, un craquement retentissant se fit entendre. Il haussa un sourcil et, par réflexe, il commença à tripoter une mèche de ses cheveux blancs. Huro s'approcha de sa démarche sautillante, l'air curieux. Il s'arrêta au dernier moment : et si c'était les Gardiens ? Ou pire, le Prêtre ? Sous le coup de l'émotion, l'air devint glaciale pendant quelques secondes, avant que Huro ne s'en rende compte et lâcha un petit rire bête et nerveux.

Il resta là, à contempler là d'où provenait le bruit, d'un air un peu absent. Puis il vit qu'il s'agissait d'une fille, et il éclata de rire, le même rire que quand il avait vu Giyoomu pour la première fois. Sauf que cette fois, son hilarité semblait beaucoup plus virulente, car il tomba par terre, toujours en riant. Le rire, résonnant dans toute la grandeur de l'église, paraissait diabolique... Puis Huro se calma et il resta par terre, les bras écartés, encore secoué d'un hoquet de rire de temps en temps.
_________________
Revenir en haut
Giyoomu - Anaisu


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2008
Messages: 22
Point(s): 22
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 09/11/2008 22:43:54    Sujet du message: Solitude troublée Répondre en citant

Anaisu se mordit la lèvre d'inquiétude, le pensionnaire au chapeau haut de forme l'avait vue, et le second ne semblait pas très commode. Giyoomu se retourna vivement vers Huro en l'entendant rire. Il haussa le sourcil droit, comme à l'ordinaire, et tout en mâchouillant sa corde s'approcha de lui.

- Qu'est-ce qui te fait rire comme ça ?... Et qu'est-ce que tu fais par terre ?

Giyoomu se retourna alors vers la statue et se précipita pour reprendre son couteau. Là, il le fourra dans sa poche, couvert de plâtre et ria en s'entaillant sans le vouloir le pouce. Il se pencha machinalement sur le côté, et revint vers Huro d'une démarche gauche. Il suça son pouce sanglant et s'arrêta devant Huro.

Anaisu resta cachée derrière le pilier, effrayée par le second pensionnaire, et par l'idée que ces deux individus n'étaient pas là pour discuter de la pluie et du beau temps. Les rires des pensionnaires la faisaient frissonner, et elle en était à se demander comme se sortir de ce pétrin.
_________________
Why so serious ?

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Yuna - Staal
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2007
Messages: 2 200
Localisation: Quelque part... Perdue, sûrement xD
Point(s): 2 201
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 09/11/2008 22:57:50    Sujet du message: Solitude troublée Répondre en citant

Huro se redressa, en riant à moitié, et répondit :
- J'avais tellement peur.. ha ! Ha ! Que ce soit un...haaaa ha haaaaa ! Gardien ou, ou piiire ! Ha ! le Prêtre ! Niahaha !
Il se leva enfin, mais dû s'appuyer au banc pour ne pas retomber.
- C'est juste une fille !
Huro, à son âge, n'en avait rien à faire des filles. Tout du moins, ses hormones ne commençaient pas à lui faire subir le martyre dès qu'il en voyait une de jolie. C'était là un avantage dont il profitait pleinement, et même pire, il narguait parfois les autres mâles rougissants. D'ailleurs, c'était extrêmement plaisant, comme situation. Et il ne lui venait même pas à l'idée que ça pourrait lui retomber dessus plus tard...
Il jeta un regard curieux vers là où se cachait la fille. Eh bien quoi ? Pourquoi ne se montrait elle pas ? Un bouton lui était il poussé au mauvais endroit ? Ou bien...
- Attention, Giyouu, elle vient peut être de la part du Père Noël !
Les enfants aiment le père Noël. Mais, depuis sa plus tendre enfance, Huro l'a toujours détesté et même haï. Jamais, jamais, il ne lui avait envoyé ce qu'il avait demandé ! Ni livre de cuisine rare, ni glace de la taille d'une montagne, aucun de ses rêves ne s'étaient réalisés. En mentionnant "le père Noël", Huro avait pris un air à la fois terrifié et agressif.

Il se tourna vers "Giyouu", très sérieux.
- Ces gens là sont très dangereux. Je suis sure que c'est le Père Noël qui a envoyé les Gardiens, tu sais ? J'ai des preuves et...
Il s'arrêta. C'est vrai qu'il commençait à fatiguer. Il se rappela l'époque où il était insomniaque. Il eut un petit rire débile :
- Désolé, je fatigue. mais le Père Noël reste dangereux quand même...
_________________
Revenir en haut
Giyoomu - Anaisu


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2008
Messages: 22
Point(s): 22
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 09/11/2008 23:14:39    Sujet du message: Solitude troublée Répondre en citant

Giyoomu resta immobile, et fixait Huro avec un regard mauvais. Il leva les yeux vers le fond de l'Église, vide.

- De quelle fille tu parles ?

Anaisu ferma les yeux et se recroquevilla sur elle-même.

Giyoomu serra son couteau dans sa poche et ne lâcha pas le fond de l'Église des yeux. Il émit un grognement et marmonna avant de sortir son couteau de sa poche et de s'avancer vers les bancs, ses pas résonnant dans tout l'édifice. Il regarda autour de lui avec un regard méfiant et menaçant. Anaisu l'entendit s'approcher et souhaita un instant être aussi petite qu'une souris pour pouvoir lui échapper. Sans le vouloir, elle émit une exclamation qui résonna affreusement dans toute l'Église. Elle se plaqua une main sur la bouche et Giyoomu se retourna vivement vers elle, sans la voir encore. Il s'approcha en faisant tourner son couteau dans sa main, et penché en avant. Anaisu sortit alors brusquement de sa cachette et Giyoomu poussa un hurlement avant de lancer son couteau qui lui coupa une mèche de cheveux avant d'aller se planter dans le pilier. Anaisu resta bouche bée, terrifiée, appuyée sur les mains et assise sur le sol.

- On se calme... J'ai... J'ai rien fait j'ai rien entendu moins hein ?! Je...

Anaisu fronça le sourcil et parut stupéfaite. Giyoomu quant à lui sembla la reconnaître et sans un mot recula, buta et s'enfuit en courant. Anaisu le suivit des yeux et vit alors la corde par terre. Elle alla la ramasser, à quatre pattes, et saisit la corde.

- Giyoomu...

Elle entendit un petit craquement et vit que l'autre pensionnaire était toujours là. Elle afficha un air d'incompréhension et se retourna pour s'emparer du couteau mais échoua. Elle mit alors un pied sur le pilier et tira de toute ses forces, et finit par extraire le couteau. Seulement, avec la pression, fut projetée contre un autre pilier et s'écroula le long de celui-ci en poussant une exclamation de douleur. Elle se frotta la tête en grimaçant et se redressa. L'autre pensionnaire l'intriguait beaucoup.

- Qui êtes-vous, vous, là-bas ?
_________________
Why so serious ?

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Yuna - Staal
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2007
Messages: 2 200
Localisation: Quelque part... Perdue, sûrement xD
Point(s): 2 201
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 10/11/2008 22:13:18    Sujet du message: Solitude troublée Répondre en citant

Huro observa la scène de loin, assis sur le dossier d'un banc de l'Eglise. Si à ce moment, le Prêtre rentrait, Huro allait se faire incendié... Un peu comme la chauve souris quelques temps plus tôt. Il se pencha légèrement en avant et regarda en fronçant légèrement les sourcils. Et si c'était vraiment une envoyée du père Noël ? mais il secoua la tête - ce qui fit dangereusement tanguer son chapeau- et décida de mettre ce triste personnage de côté.
Le garçon faillit tomber à la renverse lorsque 'Giyouu' jeta son couteau puis, s'enfuit en courant.
-mais, mais... balbutia-t-il... Et ma punition terriiiible ?
Puis il se dit qu'ils étaient dans le même appartement et que, finalement, ce ne serait pas bien difficile d'appliquer sa vengeance. Il descendit de son banc en soupirant et glissa ses mains dans ses poches. Lui-même s'apprêtait à partir, un peu fatigué... En plus, il avait très envie de lire ses livres. Et la fille lui faisait un peu peur... En y réfléchissant bien, elle avait un petit air de famille avec une des filles de sa classe, quand il était encore plus gamin qu'aujourd'hui. Il fallait préciser, bien sur, qu'à l'époque il n'était guère apprécié et tout le monde pensait que ses parents étaient des hobbits et des trolls nains.

Il s'arrêta lorsqu'elle lui demanda qui il était. Il se retourna en souriant :
- Hé hé ! Je suis Huro, le futur meilleur cuisinier du monde et prisonnier de son état !
Il fit une petite courbette, après avoir préalablement retiré son chapeau. En revissant ce dernier sur sa tête il jeta un regard curieux à Anaisu. Pourquoi Giyoomu avait il fuit en la voyant ? Ils devaient se connaître d'avant. Dans un éclair de lucidité incroyable, il se rappela la réaction qu'il avait eut en parlant de "perdre ceux que tu aimes". D'un pas légèrement bondissant, il se rapprocha d'Anaisu. Tans pis, il rentrerait chez lui plus tard, il était trop curieux !
- Et toi, t'es qui ?
Il souriait toujours, les yeux grands ouverts, prêt à ne perdre aucune miette de ce qu'elle allait dire.

Peut être avait il l'air trop psychopathe, malgré tout....
_________________
Revenir en haut
Giyoomu - Anaisu


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2008
Messages: 22
Point(s): 22
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 11/11/2008 01:46:40    Sujet du message: Solitude troublée Répondre en citant

Anaisu tenta de voir Huro à travers les cheveux cachant à moitié son visage. Elle chassa une mèche de cheveux et se redressa.

- Tu... Cuisinier... Prisonnier... Je ne comprends pas...

Elle tenta de se relever mais s'entailla l'index avec le couteau de Giyoomu et retomba sur les fesses en poussant une exclamation de douleur. Elle suça son index en fermant les yeux et jeta le couteau un peu plus loin avec frustration. Elle regarda son doigt s'ensanglanter sans relâche et tenta de se relever une fois de plus. Elle y parvint tant bien que mal cette fois, et posa de nouveau son regard sur Huro.

- C'est ce que tu veux devenir... Mais tu es pensionnaire ici, n'est-ce pas, et tu résides ici, comme les autres, nous sommes tous coincés, aucun moyen de s'en sortir ! Et tu connais Giyoomu ?! Comment est-ce que tu le connais ? Depuis quand est-il arrivé ici ? Est-ce qu'on peut sortir de cette Église sans tomber sur un Gardien ?! Tu me connaissais ? Pourquoi tu as parlé du Père-Noël quand tu m'as vue ? Qui suis-je ? Qu'est-ce que je fais là et pourquoi tu me regardes avec ce grand sourire ? Au secours, vite de l'air !

Anaisu reprit son souffle suite à cette déclaration frôlant l'hystérie. Elle haleta un petit moment avant de se frapper les cuisses avec les mains et de relever la tête. Elle souffla pour reprendre sa respiration une bonne fois pour toutes.

- Désolée... C'est juste que c'est la première fois que je sors du pensionnat depuis que je suis arrivée ici, et... Cette sortie s'est avérée assez éprouvante pour moi... Je... Je ne voulais pas t'effrayer, surtout ne le prends pas mal, c'était involontaire si je t'ai fait peur ! Oh et puis zut j'en ai marre de parler pour ne rien dire, c'est vrai quoi...

Anaisu tapa du pied en provoquant un bruit sourd qui résonna dans l'Église. Elle suça de nouveau son doigt quand son regard se posa sur le couteau, jeté un peu plus loin. Anaisu fit quelques pas pour le ramasser et l'observer longuement avec un air désolé.

- Je m'appelle Anaisu... Je viens d'arriver au pensionnat, personne n'a pris le temps de me connaître, je ne suis pas le genre de fille appréciée par tout le monde, mais j'aime bien la solitude... Mais je m'égare...

Anaisu regarda autour d'elle avec un air inquiet et entendit le vent frapper violemment aux vitraux.

- Je pense qu'il n'y a pas grand chose à dire d'autre... Je ne t'avais jamais vu auparavant, je m'en souviendrais, ne serait-ce qu'à cause de ton chapeau !

Anaisu sourit puis suça son index. Le silence régnait de manière effrayant dans cet édifice, pour un endroit où l'on devait se sentir à l'abri, c'était assez ironique.

- ...Tu connais Giyoomu...

Anaisu baissa les yeux.

- Moi aussi, je le connais... C'est un ami... Un très bon ami, nous avons été séparés quand il a intégré ce pensionnat.

Anaisu caressa machinalement l'anneau qu'elle portait au pouce gauche avant de secouer la tête pour chasser une mèche de cheveux.

- Mais ce n'est pas important. Que dirais-tu si nous sortions de cet endroit lugubre... Il me fiche la chair de poule !! Tu cuisines très souvent ?!

Anaisu regarda Huro avec curiosité tout en se passant une main dans les cheveux.
_________________
Why so serious ?

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Yuna - Staal
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2007
Messages: 2 200
Localisation: Quelque part... Perdue, sûrement xD
Point(s): 2 201
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 11/11/2008 13:25:27    Sujet du message: Solitude troublée Répondre en citant

Huro haussa un sourcil, et il se rassit sur le dossier d'un banc. Il avait l'impression d'être un peu plus grand que d'habitude, et il se demanda rapidement si, lorsqu'il aurait finit sa croissance, il dépasserait cette taille. Puis il essaya d'écouter Anaisu, de comprendre ce qu'elle lui disait. Ses propos étaient assez confus, mais il en comprit les grandes lignes. Sa tête lui tourna légèrement lorsqu'elle lui posa toutes ces questions, et il mit un peu de temps à répondre :

- Je viens tout juste de rencontrer Giyoomu, mais nous sommes dans le même appart' (il eut encore un de ses sourires démesurés). Pour sortir d'ici, il suffit juste de connaître les bonnes ruelles. J'ai eus le temps d'apprendre à connaître la ville, avant que les gardiens n'arrivent. ça fait longtemps que chui là ! (il eut un petit rire débile).

Il s'arrêta lorsqu'elle aborda la question épineuse du père noël. Il lui souffla, sur le ton de la confidence :

- j'ai cru que tu étais une envoyée du père Noël, cette ordure ! D'ailleurs, je suis intimement convaincue que c'est lui qui a envoyé les gardiens ici, pour nous pourrir la vie...

Huro hocha la têt,e l'air très sérieux. Dans son fort intérieur, il savait que ce qu'il disait était complètement absurde et faux;, mais ça le faisait rire de voir la tête des gens lorsqu'il sortait ça.

- Quand à qui tu es, euh... Une fille ?

Il eut un autre petit rire débile et laissa en suspend la dernière question "pourquoi tu souris comme ça" : pour lui c'était naturel, et il ne voyait pas en quoi c'était bizarre. Il avait toujours sourit "pour deux"... Et maintenant, il souriait pour tout le pensionnat, parce que rare était ceux qui avait gardé le sourire. Lui était sur qu'un jour, les Gardiens partiraient ou qu'alors, ils seraient proprement chassé par eux, les "mutants". Il descendit d'un bond de son siège et s'approcha d'Anaisu :

- c'est pas grave, va ! Tu peux me dire tut ce que tu veux, même que tu as un trou dans ta poche, c'est pas grave, je t'écouterai !

Son sourire s'élargit encore, et il semblait d'une taille démesurée pour son visage. Il laissa de côté le fait qu'elle est subitement changé de sujet. Il aimait bien poser des questions, mais le rapport "Giyoomu-Anaisu" semblait assez compliqué, sans doute trop pour lui. Puis il se redressa et l'entraîna vers la sortie, puisqu'elle voulait aller dehors...

- on va passer par derrière, c'est plus discret. Quand à la cuisine... (il eut un autre sourire éclatant), oui, je cusiine très souvent ! Ha ! Ha !
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 07/12/2016 16:26:17    Sujet du message: Solitude troublée

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le pensionnat des Eléments Index du Forum -> La Ville ! -> L'Eglise Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com